~ Et si pour une fois, vous sortiez du mensonge ? ~
 

Partagez | 
 

 [CONTEXTE] Le Mystère Des Clans...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akecheta

avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 25/05/2015
Age : 19
Localisation : In your nightmare...

~ A mon sujet ~
~ Mon âge : Adolescente
~ Mon clan : Wazungus
~ Mon rang : A venir ~
MessageSujet: [CONTEXTE] Le Mystère Des Clans...   Lun 30 Nov - 18:08

Le Mystère Des Clans





Bienvenue sur Le Roi Lion : La Véritable Histoire des Clans.

Si tu es venu ici, c'est soit parce que Google t'y a conduit – dans ce cas, remercions le d'avoir amené le dîner... - soit parce que tu étais en quête de vérité. Mais, quelle vérité dis-tu ? Ah, parce que tu penses tout savoir sur Le Roi Lion ? Hin Hin Hin... Laisse-moi rire. Tu fais donc partie de ceux qui pensent et rêvent à l'existence de Mufasa, Simba, et le reste des autres protagonistes ?

Je peux te la dire la vérité. En fait, si l'on a inventé les soi-disant héros que tu connais aujourd'hui, c'est pour dissimuler ce qui s'est vraiment passé. Pourquoi ? Parce qu'on a honte de ce qui s'est passé, tout simplement. Mais si tout était si rose que dans le film d'animation, pourquoi y aurait-il plusieurs clans ? Pourquoi n'en a-t-on pas parlé ? Personne ne sait comment ils se sont formés ? Détrompe-toi justement ! Quelques lions, mais ils sont vieux, le savent encore parce que leurs ascendants leur ont dit... Mais ce secret est tabou mes amis, et seuls les rois du passé sauront si ces lions là voudront le maintenir dans la mémoire des générations futures, dans le but de leur laisser le choix de tout reprendre, ou s'ils emporteront le secret de toute cette haine dans leur tombe...


C'était il y a longtemps... Suffisamment pour que le secret s'estompe avec les années. Vous seuls saurez si vous avez été mis dans la confidence, ou si vous n'en savez rien... Mais il y a bien des générations avant celle-ci, les lions étaient tous unis, en un seul clan. Un grand clan, soudé, où les rires et les cris de joies résonnaient à travers chaque herbe sèche de la savane. On se partageait les tâches pénibles qui, bien que lassantes, envahissaient bien le quotidien. On se respectait les uns les autres, de sorte que si certains préféraient un peu plus de solitude, ils pouvaient se l'autoriser sans attiser de regard méfiant, ou méprisant. Aucun doute ne planait, comme si nous vivions loin du monde tel que nous le connaissons aujourd'hui. Personne ne pouvait envisager qu'un tel puisse comploter contre son congénère ou avoir de sinistres pensées...

Ce groupe était, à l'époque, mené par Kandoka (prononciation KANNE-DO-KA) et sa compagne Kise (KI-SÉ) qui étaient tous deux à l'écoute, justes, droits, généreux... C'était une belle grande famille semblait-il, faite pour durer...

Malheureusement, le destin en décida autrement, et avant lui, la nature reprit ses droits. Un jour d'une immense chaleur, comme elle planait depuis un long moment déjà, Kandoka se leva tôt, et se posta en hauteur, sur le Rocher connu aujourd'hui comme Le Rocher De La Fierté (avec des majuscules, ça donne tout de suite un côté imposant, vous trouvez pas ?). Vous savez, il se trouvait au sommet, là où Mufasa avait emmené son fils un matin, pour lui montrer l'étendue de ses terres ? Sa crinière ne sentait pas le souffle du vent, et pour cause... Il n'y avait PAS de vent. Juste une extrême chaleur qui s'intensifiait au fil des secondes, des minutes, des heures...  Kandoka étouffait, c'était comme si l'astre solaire brûlait à même sa poitrine. Quand Kise, sa compagne, alla se poster à son côté, un silence pesa longtemps entre le couple souverain. Un grand silence, brisé par le monarque en personne, tandis qu'il tonna sur une voix lointaine :


- Regarde Kise... La savane...
- Je n'ai jamais senti de sol plus brûlant qu'en ce moment. Que se passe-t-il donc ? De quelle erreur les rois du passé nous accusent-ils ? Qu'est-ce qui attise leurs reproches vis-à-vis de Prideland, et de notre clan ?


Le roi soupira, et ses yeux désolés parcouraient péniblement ses terres, dont quelques parties trop sèches s'enflammaient sous les rayons bouillants.


- J'ai un mauvais pressentiment. Je... Je crois qu-
- Qu'il faut partir ?, devina la sage lionne.


Il la dévisagea, se demandant comment elle avait pu lire dans ses pensées, deviner ses projets. Elle lui rendit un regard tendre, et avec un doux sourire lui étant destiné, elle poursuivit sur un ton amoureux :


- J'en suis venue à la même conclusion cette nuit. Il fait trop chaud. Les petits ne survivront pas... Quant aux plus âgés... Ils souffrent et s'en plaignent, se traînent et soufflent leur peine. En tant que couple au sommet de la hiérarchie, nous nous devons de leur offrir un environnement vivable. Et... Kandoka... Je suis désolée de le dire mais...
- Je sais, je sais... Ici ce n'est plus le cas.


Kandoka informa les lionnes. Le lendemain, se tiendrait un discours très perturbant, et très inhabituel. En hâte, ces dernières ne manquèrent pas d'avertir le reste du clan. Cet immense clan, où tous étaient soudés comme cela avait toujours été le cas...

Et c'est à l'aube qu'ils quittèrent les terres qu'ils avaient toujours connues. Un lion plus sage, et très ancien, leur avait dit la veille qu'une éruption solaire se préparait... Les autres avaient pris peur, d'autant que ce fauve là, était connu de la savane entière pour ses prédictions qui ne se trompaient jamais. Des bonnes aux mauvaises nouvelles, de l'évitable à l'inévitable, et de faits prévus à ceux inattendus, il ne fut pas une seule fois où il eu tort. Et là encore, ses prémonitions n'avaient rien de celles qu'auraient pu faire un autre pour se rendre intéressant. Tous lui faisaient confiance, car il avait su protéger le clan par bien des occasions...


- Où allons-nous ?, demandaient les adultes.
- On est bientôt arrivés ?, s'impatientaient les lionceaux.
- J'ai déjà soif !, piaillaient les jeunes fainéants pour faire arrêter la marche.
- On peut faire une pause ?


Mais ils n'en firent pas. Kise et son partenaire avaient bien trop d'angoisse en vue de ce qui se passait pour s'arrêter. Ils ne décrétèrent un arrêt qu'une fois que le cercle de la vie devint orange, prêt à se coucher.

Le terrain avait changé... Loin de leur savane brûlante qui laissait place aux flammes, le sol était frais, glacial. Il leur faisait du bien et Kise, compatissante pour le clan fatigué, était parvenue à convaincre le chef de se reposer lui aussi. Leurs coussinets saignaient, mais les petits n'en firent rien savoir. Quelques-uns se portèrent volontaires pour chasser le repas, et tous s'endormirent sur la terre rocheuse qui les rassura. Si la température était plus favorable, le danger était plus loin... Du moins c'est ce qu'ils pensaient...





LE LENDEMAIN...










- Tiens tiens... On dirait que le grand Yama nous a apporté des intrus durant la nuit...


Cette voix rauque, en provenance d'une lionne, fit sursauter les sentinelles qui devaient se relayer durant la nuit, mais avaient succombés au sommeil.


- Q-Qui êtes-vous !?
- Un fantôme ?


Ces réflexions tirèrent les petits du sommeil.


- Un fantôme !?
- Hey les amis ! Y'a un fantôme !
- Où ça ! Où ça !?


La lionne les fixa d'un air consterné, avant d'éclater d'un rire inquiétant qui rétablit le silence entre eux.


- Il suffit !, finit-elle par tonner.


Un sourire sadique flotta sur ses babines, ses yeux rouges sang transpercèrent chacun des membres du clan de part en part. Elle attisa l'admiration de beaucoup car, même seule face à un effectif très élevé, elle ne trahissait aucun signe de peur, d’inquiétude ou de soupçon.


- Vous allez tous me suivre, minauda-t-elle dans un demi-ronronnement.


Spoiler:
 

Kandoka se dressa face à elle, imposant.


- Pour quelle raison ?


Elle eut un nouveau rire, contenu cette fois :


- Hum... Parce que le grand Yama veut vous voir... Tout simplement..., chantonna son interlocutrice, visiblement satisfaite.
- Et si nous refusons ?


À cette simple hypothèse, l'étrangère au groupe dévoila ses crocs luisants, ses prunelles s'emplirent d'une haine comme nulle autre pareille et son épais pelage se hérissa. Elle grinça, sur un ton de menace :


- Il me semble que je ne vous ai pas laissé le choix. Libre à vous de croire que l'union fait la force, mais loin de vos terres... (elle eut un regard en arrière, et tous découvrirent des autres lions prêts à leur bondir dessus pour les réduire en miettes. Son sourire revint) Je n'en suis pas si sûre personnellement...


Kise s'avança, et repoussa gentiment son amant de son épaule. Avec un sourire amical en direction de l'inconnue, elle s'adressa à celle-ci :


- Enchantée, je me nomme Kise. Parfait, nous plaçons notre confiance en vous. Nous marcherons à votre suite.


Elle prêta serment, et devant le regard ahuri de Kandoka, souffla :


- Nous ne sommes pas chez nous. Fais des efforts enfin...


La féline se leva, et, se plaçant devant le groupe, donna quelques conseils de précaution à respecter pour la sécurité de la marche :


- Gardez les lionceaux vers vous. Ils pourraient tomber et se briser la nuque. Laissez ceux qui traînent à l'arrière, ne les attendez pas, d'autres guides les mèneront au sommet à leur rythme. Je vous assure que vous serez tous ensembles une fois là-haut.


Inquiets tout de même, les lions s'enchaînèrent, se questionnant du regard, quêtant du réconfort pour se rassurer. La montée fut rude, et la lionne blanche, tout en grimpant poursuivait :


- La montagne est très glissante aux autres abords. Ce chemin est particulier, c'est le plus simple qui soit facile d'accès pour vous. Je me nomme Oluja. [O – LOU - DJA]


Après de longs moments de marche intensive, tous parvinrent au sommet du mont enneigé. Il faisait froid, les mères avaient bien du mal à réchauffer leurs petits. Tous cherchaient un quelconque autre félin. Les anciens étaient plus bas, et avançaient à leur rythme, précédés par un autre lion aux muscles puissants.


- Entrez.


Oluja mis en évidence l'entrée d'un réseau souterrain. Ils firent bientôt face à un grand lion blanc, très massif, avec un regard de glace qui contrastait à merveille avec l'obscurité de l'endroit.


- Je les ai trouvés en amont, Gust  [GUEU – ST].
- Bienvenue à vous, et que l'esprit de Yama vous protège. Qu'est-ce qui vous a poussé à suivre son chemin jeunes intrépides ?


Kandoka se démarqua en effectuant deux pas en avant, se présenta, puis répondit :


- Nous avons dû laisser nos terres à l'abandon. Il semblerait qu'une catastrophe se prépare...
- Puisque vous êtes le commandant de cette charmante tribu, je souhaiterais m'entretenir personnellement avec vous...


Kise resta avec le groupe, le temps que les deux mâles se concertent. Gust accepta de les accueillir à la seule condition que tous se plient à ses règles. Il serait le monarque unique en échange de les héberger. Ils devraient aider à la chasse et s'impliquer dans le quotidien de ce nouveau clan pour faciliter au mieux leur intégration et leur présence au sein des autres.


Cela faisait maintenant quelques temps que l'immense clan avait rejoint celui des fauves du grand mont. Ils apprirent qu'ils vénéraient un certain Esprit, nommé Yama : l'esprit de la montagne. Selon eux, ce serait lui qui leur apporterait prospérité pour les récompenser, ou grands malheurs pour les punir. Les « nouvelles recrues » étaient plus convaincues de l'existence des grands rois du passé. Chacun avait partagé les légendes qu'il connaissait avec les autres, et c'est ainsi que des prises de têtes commencèrent à naître au sein des prédateurs... Parce qu'ils ne croyaient pas aux mêmes choses, même si la majorité avait décidé que cela n'entraverait pas leurs bons liens, certains ne pouvaient concevoir que d'autres soient différents, et plaidaient pour que les nouveaux se plient à toutes les particularités auxquelles ils étaient de fervents défenseurs...


Des petits affrontements, des plaintes, des accusations... L'ambiance au sein de nos chers protagonistes se détériorait lentement, mais sûrement...Même si au départ, Gust se montrait très clément, et assurait à Kandoka que ce n'était pas grave et qu'il était normal que tout n'aille pas toujours à merveille et que les tensions s'apaiseraient, même les deux mâles commençaient à s'agacer entre eux... Puis un jour, le grand chef du nord et l'ancien du grand clan se disputèrent à leur tour, et Kandoka décida qu'il ne ferait plus d'effort pour les autres. Certains lions de son clan suivirent cette décision et d'autres commencèrent à en avoir marre, et à plaider qu'il était injuste qu'un seul mâle, sous prétexte qu'il fusse blanc, plus massif, ou éternel connaisseur des lions, soit seul à donner des ordres...


Puis vint le jour qui marqua à jamais le cœur du grand blanc... Le jour où sa femelle fut retrouvée morte, baignant dans son sang. Personne ne su jamais ce qui lui était arrivé. Elle avait une expression d'horreur peinte sur son visage, et le grand chef ne pouvait se souvenir que d'une chose : cela s'était produit peu après de violentes disputes, et quelques menaces de certains lions qui clamaient l'injustice de ne voir qu'un seul d'entre eux au pouvoir. « Ah vous verrez, disaient-ils. Vous allez voir ce que vous allez voir ! Vous allez voir ce que nous nous en allons faire tiens ! ». Ces mots résonnaient encore à son esprit, et lui firent mal au cœur.


Empli de haine, de désir de vengeance et d'une immense solitude soudaine, il les renvoya tous autant qu'ils étaient, d'où ils venaient, les bannissant à jamais d'approcher par quelque moyen que ce soit le mont où ils vivaient. Des groupes se formèrent, car vexé d'être ainsi accusé à tort avec les siens, Kandoka rejeta les plus suspects, ce qui causa davantage de plaintes de ceux qui croyaient parler au nom de la justice. La justice où était-elle ? On aurait pu croire, en voyant toutes ces tensions, qu'elle n'existait plus...


C'est ainsi que différents clans se formèrent. Certains parvinrent à survivre dans le désert, et se nommèrent les Sakyus, d'autres sur Prideland, qui avait retrouvé son charme d'antan, et conservèrent le nom de Pridelanders... Et les Wazungus eux, finirent par se faire de nouveau oublier. Aujourd'hui, on les évoque encore comme s'ils n'étaient qu'une légende, et c'est souvent qu'au pied du mont enneigé, lorsqu'un félin s'y perd et regarde en direction du sommet en songeant à cette rumeur qui parle de leur existence, que l'on croit entendre un profond rugissement venant du haut de cette mystérieuse montagne... Serait-ce l'esprit du grand Yama, le fantôme de Gust, le fruit d'une imagination débordante, d'une fatigue intense ou alors... Ou alors les Wazungus seraient-ils encore vivants... ?


©️ By A-Lice sur Never-Utopia

_________________
Just... Please... Leave me alone...


kit (c) Akecheta, Base et fond (c) Disney
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lion-king-true-story.forumactif.org
 
[CONTEXTE] Le Mystère Des Clans...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le mystère Yachiru!
» le mystère de l'île verte
» Mystère de la Bibliothèque Verte / Bibliothèque de la Jeunesse
» Forum RPG La Guerre Des Clans
» Le Barney du mois : Le mystère de monsieur Personne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Roi Lion ~ La Véritable Histoire des Clans ! :: C'est L'histoire De La VieC'est L'Histoire De La Vie :: Lois et HiérarchiesLois et Hiérarchies :: La Vérité Révélée-